L'univers des voitures à pédales et à moteur pour enfants

Rotator image

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 8 février 2015

LA SAGA TRI-ANG... L'HISTOIRE DES "JEEP".

Grâce à notre ami Jean-Claude, du 80 qui a pris le temps de me faire parvenir les photos de sa Jeep "Police" je continue ici la saga TRIANG en vous proposant TOUTES les Jeep TRIANG.
Je m'étend un peu plus que d'habitude sur cette vénérable auto qui m'a toujours passionné, pour ce symbole de la libération de la France, utilisée à "toutes les sauces", comme la prononciation anglaise de son nom l'indique, JEEP (composé de l'acronyme, avec l'accent, G.P. Général Purpose), "Usage général".
Pour me permettre d'être un peu plus complet j'ai cherché dans mes archives où j'y ai retrouvé quelques photos de mes deux anciens modèles, Military et MP (Military Police).
En épluchant les catalogues j'ai dénombré de nombreuses variantes, à partir de l'année 1953/54 sous les références (6016) pour JEEP, (6017) pour Fire engine (photo 1), et (6019) pour la magnifique Station-wagon (photo 2), toutes les trois équipées de gros volants en métal et de roues flasquées en tôle imitant les gros pneus blancs pour la Jeep, et noirs avec deux échelles et une cloche pour la "pompier".
Le catalogue de 1955 nous fait découvrir les Jeep MP (6016) et Fire engine (6017) avec de nouvelles roues ajourées et un nouveau volant toujours en métal mais à la jante plus fine, au plus grand diamètre, à trois branches à tringles; elles accueillent encore un jerrycan et une roue de secours (photo 3).
En 1961, en plus de la MP, apparait la General Jeep très "chargée" (téléphone et antenne, drapeau, jerrycan et roue de secours) et affichant en plus du marquage classique (grande étoile US et numéro 2068315-S) les quatre petites étoiles rouges du général et deux emblèmes du régiment, mais elle ont hélas troqué leurs belles roues pour des "galettes" aux bandages caoutchouc apparents et très fins (photo 4) .
Sous la référence Cannon le catalogue de 1963 nous propose un superbe canon à tracter, tout en métal, très réaliste, sur affût et essieu à deux roues (photo 5).
En 1964 quatre modèles sont maintenant affichés: Jeep (TM 1510) qui a perdu sa roue de secours, Général (TM 1505), et deux nouveaux venus le Police (TM 1515) (photo 6) pourvu d'un gyrophare sur le capot avant mais dépourvu de roue de secours et de jerrycan, et l'attelage jaune Safari Overlander tirant une belle remorque chargée d'un sac, équipé d'un appareil photo, d'une pelle et d'un jerrycan (photo 7).
Malheureusement tous les quatre utilisent désormais un élément en matière plastique, le volant crème à trois branches et son cache-moyeu rouge.
Cette configuration sera respectée jusqu'en 1970.
Là tout change, les roues (en plastique), le volant (encore !), pour se terminer (apparemment) en 1972.
Vous trouverez sous les pages de ces catalogues les photos du modèle Police à Jean-Claude, et de mes anciens Military et MP.
A bientôt pour d'autres voitures à pédales de cette "Saga TRI-ANG".

























samedi 7 février 2015

Un beau stand à RETROMOBILE

Cette année à Rétromobile il me semble avoir vu moins d'autos pour enfants que d'habitude, peut-être à cause de ma visite-éclair ?
Outre la très médiatique COLLECTION BAILLON, la vente ARTCURIAL en proposait quelques-unes à moteur, et le sympathique stand F029 de la société HANEO, Renaud HANNEBERT et ses JEEPY nous présentait une belle XK HARRINGTON, elle aussi très bien équipée à moteur 4t. boite 3 vitesses et marche arrière.
Après avoir visité les fidèles habitués, je me suis arrêté au stand C56 de notre ami François GAILLARD où j'avais donné rendez-vous à Aylo et Fred (descendant de la famille Kratz - Euréka -). J'ai pu y admirer entre les pubs diverses et les jouets en tôle, comme d'habitude, de belles voitures à pédales dont quelques "haut de gamme" comme cette première Euréka, une Sport 22 "à moteur mécanique" de 1922, (précision apportée par le catalogue de la même année), ou une Citroën C6 à moteur électrique.
Je ne commente pas les grandes, à l'échelle 1... Les superlatifs me manquent.
Rétromobile 2015 a vécu, vivement REIMS et son 28e SALON CHAMPENOIS DU VEHICULE DE COLLECTION, les 7 et 8 Mars prochains au Parc des Expositions, LE SALON DES CYCLAUTOPHILES !
Là nous pourrons y rencontrer un autre ami, Christophe, l'un des principaux organisateurs du salon, un passionné bien connu de notre Univers.















mercredi 28 janvier 2015

LES JEEPY DE RENAUD... à moteur !

Pour vous, les amateurs de voitures motorisées pour enfants... Connaissez vous notre ami Renaud et ses Jeepy ?
Les Jeepy, comme leur nom l'indique sont des "mini-Jeep" à l'échelle environ 1/2, motorisées par un vaillant 110cc 4t. d'une puissance de 6,2cv accouplé à une boite semi auto à 3 vitesses et marche arrière par un embrayage centrifuge, pour une conduite simplifiée sans pédale d'embrayage.

J'ai pu essayer cette petite auto car, oui c'est son grand avantage, même un "vieux c.." comme moi peut l'utiliser, c'est beaucoup moins frustrant qu'une voiture à pédales.

En l'approchant, qu'elle soit kaki ou rouge ou jaune ou bleu, je découvre une allure générale parfaite, montée sur ses pneus 4,8x8, c'est bien une JEEP avec son pare-brise rabattable, ses pare-chocs, sa roue de secours arrière, son jerrycan etc.
Sa carrosserie en ABS double épaisseur est fixée sur sur un châssis soudé en acier, avec longerons et traverses. Elle mesure 2,10 m de long pour un poids d'environ 120 kg.

Une fois assis, en position haute sur l'arrière, les premières sensations rassurent immédiatement, dans un environnement très complet, certes plus petit mais en tous points similaire à une grande,
Le volant à 3 branches tombe bien sous les mains, le levier de vitesses à droite, au plancher l'approche est aisée pour les pédales d'accélérateur et de freins, et derrière le volant s'étale un tableau de bord et son compteur de vitesse, les témoins lumineux de neutre et marche arrière, les contacteurs de phares et feux arrières, l'avertisseur sonore électrique et les clignotants avec rappel sonore "s'il vous plait" !

Bien rassuré je donne donc un quart de tour à la clef du contacteur de démarrage (ça aussi, c'est important !) et le 4t "rugit" aussitôt, commandé par son allumage électronique C.D.I.
La première enclenchée au ralenti, une légère pression sur la pédale d'accélérateur suffit pour élancer notre petit bolide qui parait d'emblé très nerveux. Je passe aussitôt les autres vitesses, elles me confirment le réel plaisir apporté par ma monture.
A fond de troisième le compteur affiche un petit 50 km/h, bien suffisant pour ce genre d'engin qui, grâce à sa boite, ne rechigne pas dans les chemins boueux ou devant les buttes et qui s'adapte aussi bien au bitume de la piste qu'à la pelouse du jardin.
La direction à crémaillère reste précise, et l'efficacité du freinage assuré par un double circuit à commande hydraulique sur 2 étriers et disques à l'avant et un étrier et disque sur l'essieu arrière n'est jamais mise en cause.
Ma ballade se termine après ce petit bout d'essai plus que satisfaisant, le seul reproche que je puisse faire à la Jeepy c'est son manque de suspension.

En bref, ce jouet très attirant est proposé au prix de 2680 Euros pour le modèle de base et 2850 Euros pour les Fire et Sahara, à ma connaissance le plus bas prix du marché pour une petite voiture aussi bien équipée.

Mais n'oublions pas, cette JEEPY est aussi et surtout un jouet pour enfants alors... Les petits garnements n'ont plus qu'a bien se tenir s'ils veulent rencontrer Renaud Hannebert ( tel : 06 09 70 68 22 ) et ses Jeepy à PARIS, du 4 au 8 Février prochain, au salon RETROMOBILE 2015, Société HANEO, Allée F Stand 39. Il vous fera l'éloge de ses nouveaux modèles et notamment du Mini-Land, dont les sorties sont prévues pour le mois de Mars, Vous pourrez également admirer ses mini voitures pour enfants et adultes HARRINGTON, AC COBRA, ROADSTER 120, GT CALIFORNIA, mais attention, là c'est du GRAND-LUXE !





















mardi 27 janvier 2015

LA SAGA TRIANG, aujourd'hui LA CITROËN AMI 6.

Comme promis dans mon billet du 8 Octobre dernier, retrouvons la saga de l'Anglais TRIANG, avec l'une des dernières autos de la marque, une rare voiture à pédales Française, et là je fais une exception pour cette construction en matière plastique, la Citroën AMI 6. Celle-ci n'a pas été construite par un seul constructeur Français ?
Présentée ici grâce à notre ami Jean-Claude, dans sa configuration d'origine, elle est équipée de 2 pare-chocs, d'un rétroviseur et surtout de 2 phares type Longue-portée, comme la mode le voulait à l'époque.
Merci Jean-claude pour ton aide et ta présentation avec le bidon d'huile Citroën, nous continuerons cette saga avec, encore dans les derniers modèles, une auto Française, la Peugeot 504 et, qui plus est...Avec son hard-top !









vendredi 23 janvier 2015

UN GROS PLAN SUR LES BIPLACE 33 EUREKA, CHENARD ET WALCKER, PANHARD, BUGATTI... CODE USINE EK 15.

La Biplace 33 reste, à mon humble avis, dans sa version "toutes options", l'une des plus belles vap de tous les temps.
Hé oui, ne l'oublions pas, la Société des Inventions Nouvelles EUREKA avait déjà mis en place à partir de 1933 un processus de vente proposant de nombreuses options coûteuses, comme le font très bien aujourd'hui les marques dites "Prémium", à l'Etoile ou à l'Hélice, (ainsi je ne cite pas de nom).
Possesseur de cette belle auto et de nombreuses photos de ses variantes, j'ai le plaisir aujourd'hui de vous aider à découvrir mieux encore ce jouet d'exception.
Sachant qu'au niveau de sa propulsion, si avec son simple essieu à vilebrequin elle était un cran en dessous de la Citroënnette, son double pédalier et sa banquette permettaient à ses 2 occupants un chahut assuré.
Sa taille, ses phares électriques, son coffre ouvrant, sa direction à crémaillère, son freinage à tambour, son siège capitonné, ses pare-chocs, ses pneumatiques gonflables et surtout ses différentes présentations "Bugatti", "Chenard et Walcker" ou encore "Panhard et Levassor", lui assurent aujourd'hui, à elle aussi, la classe "Prémium".
On peut hélas regretter, mais c'est bien normal, que la version "toutes options" soit beaucoup plus rare que la version de base.

N'oubliez pas de cliquer sur les photos pour les agrandir.



CHENARD ET WALCKER, sans option, très bel état d'origine.



















CHENARD ET WALCKER avec options p.c. et roues à pneumatiques gonflables, restaurée.








PANHARD avec options p.c. et roues à pneumatiques gonflables, restaurée.







BUGATTI avec options p.c et roues à pneumatiques gonflables, restaurée.







BIPLACE en état d'origine, sans option, et qui a perdu sa calandre et ses phares.









CHENARD ET WALCKER, sans option, bel état d'origine.

















CHENARD ET WALCKER avec options p.c. et roues à pneumatiques gonflables, restaurée.








PANHARD avec options p.c. et roues à pneumatiques gonflables, restaurée.









BUGATTI avec options p.c et roues à pneumatiques gonflables, restaurée.





















BIPLACE en état d'origine, sans option, et qui a perdu sa calandre et ses phares.








CHENARD ET WALCKER.












PANHARD











PANHARD













BUGATTI













OPEL, pour la Belgique, par Devillaine.

Oh là là ! Déjà le 23 Janvier ! C'est mon premier billet et je ne vous ai pas encore présenté mes VOEUX ? Il est vrai que...Sans ordinateur, et toutes les données "retournées dans le passé", j'ai eu beaucoup de difficultés à entamer ce mois de Janvier.
A toutes et à tous je vous souhaite donc "UNE BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2015".
Pour bien débuter celle-ci je vous propose aujourd'hui une auto peu courante fabriquée au début des années "60" par Devillaine, cette Opel Rekord destinée au marché Belge.
Encore un exemplaire en l'état neuf d'origine appartenant à notre ami Christophe (Le grand, pas l'autre que je salue avant de le rencontrer prochainement).














samedi 13 décembre 2014

Avec cette dernière, COURSE 28 1929… MA COLLECTION EURÉKA EST COMPLÈTE ! ! ! ^****¨^* JOYEUX NOËL *¨^****^

Elle est arrivée !
Tant attendue depuis le début de mon "addiction", après plus de trente ans elle vient mettre un terme à ma quête de voitures à pédales.
J'ai maintenant réussi la réunion de tous les modèles de v.a.p. fabriqués par la marque Euréka de 1922 à 1972, et il ne me reste plus (hélas?) que 8 autos à restaurer mais je ne manquerai pas de vous proposer ces futures restaurations.

L'absente, la dernière recherchée, l'Euréka COURSE 28 de 1929, code usine EK 09, fabriquée à très peu d'exemplaires de 1928 à 1931 est arrivée pour NOËL.
Dérivée du châssis Sport27 n°1, elle est équipée en plus de bavolets latéraux qui lui donnent cette allure surbaissée. Des volets ont également été ouverts sur le bouclier avant et sur la pointe de course.

Si le système de propulsion très efficace reste à peu près identique à celui de la la Sport27 (2 pignons à cliquets sur l'essieu arrière) le freinage est différent. Il utilise désormais un tambour sur chacune des roues arrières. Toujours commandé par l'unique levier principal qui assure d'abord le débrayage pour la marche arrière et ensuite le freinage, par l'intermédiaire d'un arbre placé à l'avant de l'essieu, agissant sur les tringles reliées aux sangles métalliques des 2 roues arrières.

Longue (1,48 m) et racée, l'auto est magnifique. Elle ne peut pas dénier sa destination aux courses qu'elle remportera en grand nombre, pilotée par M. Marcel GRANDVOINNET. (photo du livre : "Euréka, un siècle de jouets de rêve", par M. Marcel Grandvoinnet). L'un de ces modèles a été chronométré avoisinant les 30 km/h.
Elle servira de base à l'élaboration de la COURSE GRAND-PRIX qu'elle préfigurera.

Pour vous toutes et tous, ami(e)s collectionneurs et passionné(e)s de v.a.p., j'espère que vous aussi aurez trouvé le graal et je vous souhaite d'EXCELLENTES FÊTES !

















vendredi 12 décembre 2014

LE GRAND CHEF DE LA TRIBU EURÉKA

Une photo d'époque très amusante au temps ou la mode était au "corso fleuri" et "vélo fleuri", animation située près des plages .
On peut y découvrir, cachée sous des gerbes de fleurs, une Euréka "Grand-Prix", vraisemblablement de la première série, équipée de pneus Hutchinson (et non pas des Dunlop Cord) montés sur des roues à flasques pleines.
Le Chef pilote, surmontée de sa splendide coiffe en plumes, appartient certainement à la tribu EURÉKA !

jeudi 11 décembre 2014

NEWS - INFOS - NEWS - UN TRÉSOR DÉCOUVERT SOUS DES TÔLES DANS L'ENCEINTE D'UN CHATEAU - NEWS - INFOS - NEWS -

Si tous les membres de notre Univers se passionnent pour les voitures à pédales beaucoup d'entre eux s'intéressent également aux voitures à l'échelle 1.
Je ne résiste pas à l'envie de vous faire part de cette info incroyable qui m'est parvenue par les organisateurs du Salon RétroMobile et le magazine "Le Point" après une dépêche AFP du 26 novembre dernier :
Un trésor découvert sous des tôles, dans l'enceinte d'un château de la commune d'Echiré (79410). Voici ce que relate le magazine "Le Point" :

- "Des Bugatti, des Hispano-Suiza, des Delahaye mais aussi des Maserati et des Ferrari, certaines rarissimes: découvertes dans les dépendances d'une propriété, 60 belles endormies des années 30 aux années 70 vont être vendues aux enchères. Estimées 16 millions d'euros au total, ces véhicules de légende, la plupart dignes d'un musée et signées des carrossiers les plus illustres dont Chapron et Million-Guiet, seront dispersées par Artcurial le 6 février lors du salon Rétromobile, Porte de Versailles. Qualifiées de "graal automobile" par les experts, une légendaire Talbot Lago T26 de 1948 et une Ferrari 250 California de 1961 notamment dormaient dans une propriété de 3 hectares, dans l'ouest de la France, sous des abris de fortune. Cette incroyable collection, retrouvée en état "sortie de grange", selon le jargon des spécialistes, a été constituée par un passionné, Roger Baillon, entrepreneur dans le transport de marchandises, avec l'ambition de sauver le patrimoine automobile d'avant-guerre et d'ouvrir un musée dans sa propriété. "L'homme est un collectionneur de la première heure. Il veut célébrer le génie automobile et achète une propriété pour construire un musée. Il se met alors à acheter en France, mais aussi en Europe, des modèles emblématiques", raconte à l'AFP Matthieu Lamour, directeur de Artcurial Motocars. "Si aujourd'hui, les voitures de collection d'après-guerre s'arrachent lors des ventes aux enchères, cela n'a pas toujours été le cas. A l'époque, Roger Baillon sauve véritablement de la casse beaucoup de ces merveilles", ajoute-t-il." -

C'est amusant, ce genre d'info qui tombe pendant la période de Noël ! Encore un coup du bonhomme en rouge ?










SUPERBE PIERRE GUY, COURSE !… VOICI LA RÉPONSE.

Dans un précédent billet ( 20/10/2014 ) je vous présentais la superbe Pierre GUY "course" de notre ami Hozoï. Si j'estimais bien son année de fabrication je réclamais quelques confirmations sur sa référence.
J'ai reçu la réponse :
C'est un modèle GRAND-SPORT S 3, au catalogue de 1933.
Je remercie notre "SAINT FRANÇOIS" qui nous fournit également une copie du catalogue.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 >